Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2011

COPE COPE BANGS BANGS

cope.jpgMes rock critiques fèves au riz (fèves au lard serait plus juste tant ils sont goûteux !), Philippe Manœuvre n’est pas du lot avec sa discothèque idéale qu’est juste un gros tas. Mes rock critiques de chevet (comme disait Citroën) sont Julian Cope et Lester Bangs encore que je ne les lise qu’à petites doses. Mais leur Æsthetica m’intéresse parce qu’elle prospecte le confus, Cope avec son louque de héron biqueur compilant le rock lourd de France, Bangs et ses fièvres de plumitif…

Le confus c’est l’humus de la Création. Du chaos sont nés les accords de la Great Kosmiche Music. Avec Manœuvre, on décolle pas de la minus godemiché rengaine. Dans les seventies, le petit Dionnet me vantait un jour ses mérites : « C’est un garçon qu’a de l’entregent, un ami des Stones, ils le reçoivent chez eux et lui trouvent infiniment d’esprit ! » Cela se vérifia lors de la sortie d’Harlem Shuffle en 1986 : Dionnet et Manœuvre, dépêchés par Antenne 2, déboulent à Londres pour interviewer les Stones dans un hôtel. Et là Manœuvre pose une question inepte à Jagger qu’il pense décalée et se fait recaler : « Vous avez enregistré cinq albums en France. Vous sentez-vous comme le premier groupe français ? » Ricanement méprisant de Jagger : « Hou ! C’est moche ça ! » Petit dos niais et big manœuvrier se sentent obligés de ricaner aussi. Lester Bangs se serait jamais rabaissé comme ça devant un rosbif plein de morgue !

Oublions ces froggies calamiteux : les Manœuvre, Eudeline, De Caunes, Paringaux et consorts… Et regoûtons aux mâles délices de Psychotic Reactions et du Krautrocksampler !

La lucidité de Lester Bangs, au couchant de sa vie torpillée, me glace : « J’étais peut-être candidat (sinon aujourd’hui du moins demain) au titre de meilleur écrivain d’Amérique. Qui était le meilleur ? Bukowski ? Burroughs ? Hunter Thompson ? Laissez tomber. J’étais le meilleur. Je n’écrivais pratiquement que des critiques de rock, et encore, pas tant que ça... »

cope 2.jpg

Les commentaires sont fermés.